Rencontrer la fondatrice des filles de la construction

Allo ! Je m’appelle Marie-France et je suis la fondatrice des filles de la construction. J’habite Montréal avec mon chat, Mimi, et mon chum Oliver. J’aime commencer des projets et le thrill de faire des choses qui me semblent un peu impossibles. J’entre souvent dans des gros projets la tête la première, et c’est parfois excitant et d’autres fois très angoissant. Apprendre à rester calme et à contrôler mon anxiété quand tout va mal est vraiment le travail d’une vie, et ça fait partie de la façon dont j’aborde les projets de construction.

Avant de me lancer dans mon projet immobilier et les filles de la construction à temps plein, j’ai fondé et dirigé Wanted Yesterday, une entreprise de création de contenu, co-fondé deux entreprises de formations, Braincamp et Yogacamp. J’ai également été gestionnaire pour WeWork pendant sa croissance exponentielle et travaillé en ventes et marketing chez l’Oréal. J’ai un baccalauréat en administration de affaires et j’ai fait une formation de coach certifiée.

Sinon, je suis lève tôt, j’adore être dans l’eau, mais je déteste être mouillée, je ne me tanne jamais de ré-écouter Sex and the City (et je trouve que c’est tellement important d’avoir un groupe de filles avec qui venter et de ne pas être dépendante des hommes dans notre vie pour notre bonheur, notre succès ou la construction de notre maison!).

Le début des filles de la construction

En novembre 2019, j’ai acheté un plex à Montréal avec mon chum. Je ne comprenais pas comment marchait l’immobilier, mais après 5 ans à Toronto, je voulais profondément avoir une maison à moi et j’avais peur de manquer le bateau et de ne plus être capable d’investir à Montréal si les prix continuaient à augmenter.

Au moment de l’achat, notre objectif était de rénover tranquillement au fil du temps, en commençant par une cuisine (LOL). C’était très important pour nous de faire nos rénovations intelligemment : qu’elles soient avant tout rentables, mais aussi durables, faites avec goût et en récupérant le maximum de matériaux.

Nous avons évalué toutes les options imaginables, on s’est cassé la tête bien comme il faut et au fil des tant qu’à, on s’est retrouvé à pratiquement tout refaire : les fondations, la maçonnerie, la toiture, les fenêtres, la plomberie, l’électricité, la ventilation, la charpente... Bref, c’était majeur.

Ça a été une grosse aventure et ça a été assez dur sur les nerfs. On a fait faire une tonne de soumissions, on a fait des erreurs pas possibles, on a rit, on a pleuré, on a fait des crises d’anxiété…

C’est fou à quel point nous aurions sauvé du temps, de l’argent et du stress dans notre projet de construction si nous avions su comment structurer notre projet, évaluer nos options, qui appeler quand, quelles questions poser pour avoir les bonnes réponses et si nous avions compris les différents aspects qui affectent un projet de construction.

J’ai voulu m’arracher les cheveux un nombre incalculable de fois quand je me rendais compte à quel point j’aurais sauvé du temps, du stress, et de l’argent si j’avais su “ça” avant. “Ça” étant une quantité impressionnante de petits détails qui peuvent faire toute la différence.

Au début, le blogue des filles de la construction était ma thérapie personnelle. Je me réveillais en panique au milieu de la nuit, et je commençais à écrire mes aventures, les conseils que j’aurais voulu qu’on me donne et ce que j’aurais fait différemment.

Pourquoi en faire une entreprise

Ça ne m’a pas pas pris beaucoup de temps pour nous rendre compte que la construction était un monde d’hommes, et que quand tu traites avec ce monde depuis l’extérieur, tu te fais souvent avoir - ce qui fait que la majorité des profits potentiels d’un projet immobilier sortent de tes poches. En tant que fille et en tant que personne qui ne connaissait rien à la construction, je me suis fait donner beaucoup de soumissions incomplètes et de prix ridicules. Et ça m’a vraiment fâchée et insultée.

À la base, ce n’était pas un projet à vocation féministe, mais ça l’est en partie devenu lorsqu’on s’est rendu compte que pour réussir en immobilier (qui est l’une les façons les plus rapides de s’enrichir grâce à l’effet de levier), on doit réussir en construction, et que jusqu’à maintenant, c’est un domaine complètement dominé par les hommes. Il est temps que ça change - c’est important pour réduire les écarts de richesse entre les hommes et les femmes.

C’est la mission que notre entreprise s’est donnée : contribuer à réduire les écarts de richesse entre les hommes et les femmes en rendant le monde de la construction accessible aux femmes. Et on le fait en partageant toute l’information, les outils, les contacts, les to-do list et les trucs que j’aurais voulu avoir pour me sentir en confiance de lancer mon premier projet de construction beaucoup plus tôt.

Marie-France des filles de la construction

Related Articles

Responses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *